Antidépresseurs et allaitement, incompatibles ou pas ?

Antidépresseurs et allaitement, incompatibles ou pas ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

L'allaitement sous antidépresseurs serait sans risque pour le bébé a révélé une récente étude scientifique menée en Australie. Il aurait aussi une durée plus longue que chez les femmes ayant stoppé leur traitement. (Actu du 25/04/14)

Il y aurait plus de bénéfices que de risques à continuer le traitement pendant l'allaitement

  • Faut-il continuer un traitement antidépresseur lorsqu'on veut allaiter son enfant ? Une question qu'il est tout à fait légitime de se poser.
  • Pour tenter d'y répondre, une équipe de scientifiques de l'université d'Adélaïde en Australie a conduit une étude sur l'état de santé de 368 femmes traitées par antidépresseurs ainsi que sur celui de leur bébé. Elle a présenté les conclusions de cette analyse lors du 18ème Congrès de la Perinatal Society of Australia and New Zealand, qui s'est déroulé du 6 au 9 avril 2014.
  • Les chercheurs ont constaté tout d'abord que deux-tiers des femmes avaient cessé de prendre leur traitement soit à l'annonce de leur grossesse soit au moment de débuter leur allaitement, sans avoir pu bien évaluer les conséquences que pourrait avoir l'arrêt brutal du traitement.
  • Sur l'échantillon des femmes ayant poursuivi leur traitement durant leur grossesse et leur allaitement, 30% ont continué d'allaiter leur bébé pendant 6 mois, durée recommandée par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).
  • Selon les auteurs de l'étude, la dose de médicaments transférée par le lait serait faible et donc sans danger pour le bébé. " C'est un message important parce que nous savons que l'allaitement a d'immenses avantages pour l'enfant et la maman elle-même, y compris une certaine protection contre la dépression post-natale " ont-ils déclaré.
  • Un message rassurant qui toutefois ne doit pas faire oublier les précautions fondamentales : tout traitement médical ne peut être poursuivi ou interrompu sans avoir reçu l'avis d'un spécialiste.

Frédérique Odasso



Commentaires:

  1. Blainey

    Totalement d'accord avec elle. Excellente idée, je suis d'accord avec vous.

  2. Turner

    Que dans ce cas dans ce cas, il est nécessaire de faire?

  3. Neci

    la réponse Fidèle

  4. Mezigami

    Comment paraphraser cela ?

  5. Uisdean

    La réponse dûment



Écrire un message