Votre enfant 3-5 ans

Filles-garçons : les stéréotypes s'installent dès la petite enfance


Comment lutter contre les discriminations de sexe et les stéréotypes ? Un rapport remis le 16 janvier 2014 à la ministre du Droit des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, rappelle que c'est un enjeu d'égalité et de mixité dès l'enfance et fait 30 propositions.

30 propositions pour lutter contre les stéréotypes

  • Pour lutter contre ces discriminations de sexe, les rapporteurs ont proposé une liste de 30 mesures telles que :
  • Pousser les hommes, les futurs pères à s'investir auprès des enfants via une préparation à la naissance, sensibiliser le personnel éducatif à l'égalité des sexes, inciter les fédérations sportives à la mixité des pratiques, sanctionner les propos sexistes, créer un "plan national d'action pour la montée en mixité des métiers de la petite enfance".
  • En parallèle, le programme " ABCD de l'égalité ", est expérimenté dans dans les écoles maternelles et primaires depuis la rentrée 2013 dans dix académies. Il vise à transmettre, une culture de l'égalité et du respect entre les filles et les garçons, dès leur plus jeune âge, en agissant sur les pratiques des acteurs de l'éducation et sur les représentations des élèves.
  • Ces mesures comme l'ont souligné les rapporteurs, permettront de réduire le décalage en terme d'égalité et de parité, sans pour autant chercher à indifférencier les sexes.

Des manuels scolaires encore stéréotypés.

  • Le rapport insiste sur l'influence des manuels scolaires utilisés actuellement, en citant l'exemple d'ouvrages de mathématiques où les femmes sont sous-représentées. Quand elles le sont, elles sont affublées d'un tablier tandis que les hommes sont représentés avec des attaché-cases !
  • Ces schémas qui se mettent en place dès l'enfance et qui sont générateurs d'inégalités "filles et garçons ne font pas les mêmes choix de filières d'études, n'ont pas le même rapport au corps et s'engagent diversement dans les activités scolaires, sportives ou culturelles" comme le précise le rapport .
  • La mixité scolaire, en place depuis 1975, n'a pas suffi encore à éradiquer les stéréotypes qui vont influencer et " sexualiser " les filières d'études et les orientations professionnelles.
  • Aujourd'hui, seuls 17 % des métiers sont mixtes (un métier qui comprend une proportion femme/homme comprise entre 40 et 60%). Certains métiers, comme ceux de la petite enfance, sont essentiellement féminins. Les hommes représentent à peine 1,5 % de ce secteur. A l'inverse, les femmes sont à peine représentées dans les métiers du bâtiment.

Frédérique Odasso